PND : Lomé veut doubler les performances de son secteur aéroportuaire

Publié le lundi, 28 janvier 2019 10:18

500--359

(Togo Officiel) - Sous l’impulsion du Plan national de développement, le Togo prévoit de doubler d’ici 2022 le trafic de passagers à l’aéroport international de Lomé (AIGE- Aéroport international Gnassingbé Eyadéma). De 750 000 en 2016, les arrivées et départs de la nouvelle aérogare, modernisée, sont attendus à 1500 000.

Ayant été mis aux normes internationales il y a quelques années, l’AIGE dispose aujourd’hui d’une capacité d’accueil d’environ 2 millions de passagers par an. L’Aéroport accueille une douzaine de compagnies aériennes, dont 9 assurent 122 vols réguliers par semaine, avec des liaisons vers les Etats-Unis, le Brésil et le Moyen Orient.

Sur le segment cargo, Lomé envisage de positionner Niamtougou, second aéroport du pays, situé dans la région de la Kara, plus de 450 Km au Nord de Lomé. Selon les prévisions du PND, le fret aérien devrait passer d’environ 12 000 en 2016 pour atteindre 24 000 tonnes par an à l’horizon 2022.

En 2017, l’AIGE a enregistré un flux global de 18% supérieur à 2016, avec 1 010 494 passagers, d’après l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC). Le fret aérien quant à lui a atteint 12 617 tonnes pour la même année, soit 11% de plus que 2016.

Au cours de la première moitié de l’année 2018, la représentation togolaise de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), revendique avoir supervisé la couverture de 6300 vols.

Si Lomé veut poursuivre et renforcer les démarches en vue de signer des accords avec des compagnies aériennes internationales pour leur desserte de l’aéroport de la capitale, il met un accent particulier sur la sécurité de la plateforme aéroportuaire. Pour les autorités togolaises, d’ici 2022, stimulé par cette feuille de route, le Togo devrait devenir le principal hub aérien sous-régional.